vienne.lpo.fr
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
La LPO Poitou-Charentes
Activités
Rejoignez la LPO !
Balades ornithos en Vienne
Agir à nos côtés
Publications et médias
Liens
Sur votre agenda
Les observations
 
Code de déontologie
Consulter
Cartes de synthèse
Aide et statistiques
 - 
Toutes les nouvelles
  Aide
  Statistiques d'utilisation

Toutes les nouvelles
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 347
 
vendredi 25 novembre 2022
Sale temps pour les pélagiques

Les dépressions atlantiques, que nous connaissons depuis plusieurs jours, drossent actuellement de nombreux oiseaux pélagiques sur les côtes. Des centaines d'individus d'océanites, de mouettes pygmées et tridactyles, mais aussi quelques labbes et phalaropes, sont observés sur les sites de sea-watching, mais aussi le long des plages et dans les ports, où ils tentent de trouver refuge.

Epuisés de lutter contre les bourrasques, sans pouvoir dormir ou s’alimenter, de nombreux oiseaux se laissent emporter, parfois très profondément à l’intérieur des terres.

Durant les derniers jours, des observations de Mouettes tridactyles ont été faites jusque dans l’est de la France et même dans les piémonts alpins. Les données de Mouettes tridactyles se multiplient sur les cours d’eau, sablières, étangs et lacs, parfois même au cœur des zones urbaines, comme à l’Etang de Saint-Quentin-en-Yvelines ou sur la Garonne à Toulouse. Au-delà de nos frontières, des mouettes ont été notées jusque dans l'est de l'Autriche...

Chez l'Océanite culblanc, ce phénomène est moins démonstratif, mais des oiseaux ont tout de même été observés jusqu'en Deux-Sèvres, Charente et Vienne à Chalandray. D'autres individus seront probablement détectés dans les jours qui viennent en zone continentale. Le nombre d'échouage sur les plages est d'ores et déjà important.

En cas de découverte d’oiseaux affaiblis, nous vous invitons à entrer en contact avec les centres de soin de faune sauvage proches de chez vous, pour prendre connaissance des possibilités de prise en charge dans le contexte actuel de grippe aviaire

 

Légende de l'image : Mouette tridactyle © Raphael Bussière

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
lundi 21 novembre 2022
Soutenez la thèse d'Hazal en contribuant à une enquête sur Faune-France !

Dans le cadre de sa thèse de doctorat à l’Université Paris-Saclay, Hazal Baytok étudie les motivations des utilisateurs de plateformes de science citoyenne (en l'occurence Faune-France et eBird-Turquie). Il s'agit d'analyser comment les portails d’observation des oiseaux sont utilisées, ainsi que les liens entre ces usages et les motivations des utilisateurs.

Nous vous invitons donc chaleureusement à soutenir de nouveau le travail d'Hazal en remplissant ce questionnaire.

Nous vous remercions de consacrer quelques minutes pour y répondre afin que les résultats intègrent au mieux votre perception des choses. Merci aussi de vous faire l'échos de cette enquête auprès des autres utilisateurs des outils VisioNature de votre connaissance.

IMPORTANT : vos réponses sont totalement confidentielles, anonymes, et seront exclusivement analysées par les chercheurs du projet. Elles seront uniquement traitées à des fins scientifiques, et les résultats de notre étude seront utiles à Faune-France et d’autres acteurs des sciences citoyennes et seront partagés avec la communauté Faune-France.

N’hésitez pas à contacter Hazal pour tout éventuel complément d'information.

Équipe du projet : Hazal BAYTOK (Université Paris-Saclay), Muge OZMAN (Institut Mines-Télécom Business School), Nicolas JULLIEN (IMT Atlantique).

Légende de la photo : Hazal vous remercie chaleureusement de contribuer à sa thèse et se réjouit déjà d'analyser toutes vos réponses à son enquête

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
jeudi 20 octobre 2022
Oiseaux
Migration des grues : c'est parti !

La Grue cendrée Grus grus est un des plus grands échassiers de France. Chaque automne, les oiseaux reproducteurs du nord-est de l'Europe et de Fennoscandie rejoignent leurs sites d'hivernage en France, en Péninsule ibérique et au Maghreb.

Le mouvement semble s'être enclenché et les premiers vols dessinent un couloir migratoire dans lequel entre 300 et 400 000 individus qui vont s'engouffrer dans les prochains jours. Vous pourrez suivre cet évènement en direct en consultant régulièrement la carte du moment dédiée à cette espèce.

Plus d'info sur la grue cendrée ? Retrouvez le défi nature sur cette espèce ICI

Si vous observez des grues, merci de renseigner vos observations sur NaturaList, Faune-France ou les portails de ses associations partenaires.

Légende de l'image : l'incroyable migration des grues vient de débuter. A vos jumelles © Alain Boullah

 

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
mardi 23 août 2022
Oiseaux
Newsletter de l'Observatoire rapaces n°4

L'été touche à sa fin et les premiers rapaces migrateurs traversent déjà le ciel de la Nouvelle-Aquitaine, direction les cols des Pyrénnées avant la grande traversée de l'Espagne et du Sahara.

C'est donc l'heure du bilan pour les participants de l'observatoire rapaces. Cette année, 4 carrés rapaces ont été suivis en Vienne avec près de 275 données renseignant la présence de 10 espèces.

Pour plus d'informations sur la migration, rendez vous sur la dernière Newsletter de l'observatoire rapaces ICI

Bonnes prospections à toutes et à tous et pensez à transmettre vos observations sur ce site internet ou avec l'application NaturaList.

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
jeudi 4 août 2022
Arrêt de la chasse au Grand Tétras : soutenez le projet

Par une décision du 1er juin 2022, le Conseil d’Etat a enjoint le ministre chargé de la chasse de prendre, avant le 15 juillet 2022, un arrêté suspendant la chasse du Grand tétras en France pour une durée de cinq ans. Cette décision a été prise eu égard à la gravité de la situation de cette espèce, en mauvais état de conservation, afin de respecter les obligations qui découlent des objectifs de la directive Oiseaux de l’Union Européenne concernant la conservation des oiseaux sauvages.

La chasse du Grand tétras n’est pas compatible avec le maintien de l’espèce et le Conseil d’Etat a donc jugé nécessaire de l’interdire pendant une durée suffisante, afin de permettre la reconstitution de l’espèce dans les différents sites de son aire de distribution. Ce galliforme, emblématique des forêts de montagne, éteint dans les Alpes françaises, est très fortement menacé dans le Jura et les Vosges et a perdu 80 % de ses effectifs depuis 1960 dans les Pyrénées, où subsistent à peine environ 2000 coqs.

Une consultation publique est ouverte sur le site du Ministère jusqu’au 10 août 2022. Noous vous invitons à soutenir le projet de moratoire proposé, réclamé depuis longtemps par les associations de protection de la nature.

Le Conseil d’État précise qu’ "une telle mesure pourra, le cas échéant, être abrogée avant son terme si de nouvelles données rendent compte d’une évolution suffisamment favorable de l’état de conservation du grand Tétras." Cette mention parait toutefois superflue car les principales causes du déclin de l’espèce qui sont la création et l’extension des domaines skiables, le dérangement touristique estival (randonnée, VTT) comme hivernal (ski, raquettes), le braconnage à but taxidermique, le réchauffement climatique et le développement de l’exploitation forestière, ne semblent pas prêtes de disparaître, à l’inverse du Grand tétras.

Photo : Ce couple de Grand Tétras échappera-t-il aux coups de fusil ? Soutenez le projet d'arrêté soumis à consultation. © Emile Barbelette

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
mardi 26 juillet 2022
Chasses traditionnelles : nouvelles consultations publiques

Jusqu'au 10 août, le ministère de la Transition écologique soumet à la consultation du public deux projets d'arrêtés autorisant la chasse aux pantes (filets horizontaux) et aux matoles (cages tombantes) de 10.6500 alouettes des champs dans 4 départements (Landes, Gironde, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques) pour la saison 2022-2023. Un troisième projet d'arrêté, également en consultation, autorise la tenderie (chasse à l'aide de filets) de 1.200 vanneaux huppés et de 30 pluviers dorés dans le département des Ardennes.

 

Ces arrêtés visent une nouvelle fois des espèces dont les statuts de conservation sont défavorables aux niveaux européen et français : l’Alouette des champs est en fort déclin et a perdu plus de la moitié de ses effectifs européens depuis 1980 et près du quart de sa population française au cours des 20 dernières années, tandis que le Vanneau huppé est menacé de disparition en Europe d’après l’Union internationale de conservation de la nature (UICN).

Saisi par la LPO et One Voice, le Conseil d’Etat avait pourtant annulé le 6 août 2021 les arrêtés ministériels ayant autorisé les mêmes techniques de piégeage traditionnel des alouettes dans le Sud-Ouest et des vanneaux huppés et pluviers dorés dans le département des Ardennes pour les saisons 2018/2019, 2019/2020 et 2020/2021, car ils contrevenaient à la Directive Oiseaux de l’Union Européenne. Le 15 octobre 2021, plusieurs arrêtés ministériels autorisant à nouveau ces pratiques avaient malgré tout été publiés au Journal Officiel sur ordre d'Emmanuel Macron, soucieux de ménager les fédérations de chasseurs à l’approche des élections. La LPO et One Voice avaient immédiatement déposé des recours en référé auprès du Conseil d’État pour demander leur suspension en urgence, obtenue le 25 octobre 2021.

Bien que le Conseil d’Etat ne se soit pas encore prononcé sur une éventuelle annulation définitive ; bien que la France fasse l'objet d'une procédure d’infraction de la part de la Commission Européenne et s’expose ainsi à des sanctions financières ; bien que le précédent gouvernement ait mis fin à la chasse à la glue en août 2020 dans des conditions semblables, le Ministère fait le choix de la récidive en reprenant des arrêtés qu’il sait illégaux. Pour se justifier, il affirme que les projets d’arrêtés cadre sur les chasses traditionnelles, qui visent à abroger ceux du 17 août 1989, ont fait l’objet d’une refonte intégrale afin de respecter cette fois les exigences de la Directive Oiseaux. En décembre 2021, la LPO a attaqué ces arrêtés cadres devant le Conseil d’Etat auquel le Ministère refuse de répondre depuis plus de 7 mois en travaillant plutôt à leur réécriture en compagnie des lobbies cynégétiques.

La refonte est mensongère 

Selon le Ministère :« cette refonte se caractérise par la démonstration de l’absence d’autre solution satisfaisante, par le renforcement de l’encadrement de la chasse, par la création ou le renforcement de mesures de contrôle et de surveillance permettant d’assurer la sélectivité et la prise de faibles quantités, ainsi que l’exploitation judicieuse de cette chasse traditionnelle. »

La motivation sur l’absence de solution alternative a ainsi été vaguement développée et un contrôle en théorie plus strict devrait être mis en place, sans toutefois garantir les moyens de le faire respecter car l'Office français de la biodiversité (OFB) ne dispose pas d’agents en nombre suffisant pour surveiller tous les sites. Et les pièges utilisés ne sont pas plus sélectifs qu’auparavant : la LPO a démontré par le passé que certains passereaux protégés comme des Pinsons des arbres, des Chardonnerets ou des Bruants ortolan étaient mutilés, voire tués.

Nous vous invitons donc à prendre part à ces consultations, avant le 10 août, en cliquant sur les trois premiers leins de cette actu.

 

Photo : l'Alouette des champs, de nouveau menacée par les chasses traditionnelles. © Fabrice Cahez

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
lundi 25 juillet 2022
Cinq ans après sa création, Faune-France franchit le cap des 100 millions de données naturalistes collectées

Coordonné par la LPO, le projet Faune-France mobilise près de 150 000 observateurs bénévoles autour d’un ambitieux inventaire participatif de la faune sauvage en France.

Nées à l’initiative des associations de protection de la nature il y a près de 15 ans, les premières plateformes de science participative ont permis de démultiplier l’implication citoyenne en faveur de la connaissance et la préservation de la biodiversité. Constitué d’un portail internet national et d’une quarantaine de déclinaisons locales (Faune-Ile-de-France, Faune-Bretagne, Faune-PACA, Faune-Guyane, etc.), Faune-France a fédéré ces initiatives dans une approche de cartographie et de dénombrement de la faune sauvage qui couvre l’ensemble de la métropole ainsi que les Outre-mer.

Mis en ligne en juillet 2017, le site Faune-France permet aujourd’hui d’explorer plus de 100 millions d’observations animalières et une galerie riche de plus 4 millions de photographies et d’enregistrements sonores. Toutes ces informations sont vérifiées par un réseau de 1 200 spécialistes qui garantissent la robustesse des identifications.

Les données collectées grâce à l’application mobile NaturaList renforcent l’expertise unique du monde associatif en matière de connaissance de la biodiversité afin d’encourager des stratégies de conservation concrètes et efficaces. Faune-France contribue par exemple aux plans nationaux d’action en faveur des espèces menacées, à l’ajustement des autorisations de chasse et constitue une source d’informations de référence utilisée par de nombreux organismes de recherche scientifique tel le Muséum national d’Histoire naturelle ou encore l’Office français de la biodiversité (OFB) dans le cadre des ses fonctions d’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des politiques environnementales publiques.

 

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
mercredi 20 juillet 2022
Oiseaux
Newsletter de l'Observatoire rapaces n°3

L'été est bien là et déjà de nombreuses naissances ont eu lieu chez nos rapaces.

L'occasion de revenir sur les méthodes de suivi des nichées de rapaces dans la dernière Newsletter de l'observatoire rapaces ICI.

Bonnes prospections à toutes et à tous et pensez à transmettre vos observations sur ce site internet ou avec l'application NaturaList.

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
mercredi 20 avril 2022
Oiseaux
News Letter de l'Observatoire Rapaces en Nouvelle-Aquitaine

L'Observatoire Rapaces est le recensement national annuel des rapaces diurnes nicheurs.

C'est l'unique dispositif nous permettant de déterminer l'abondance, la distribution et la tendance des rapaces en France depuis 20 ans. Le dispositif repose sur la prospection annuelle de carrés de 5 km de côté tirés aléatoirement chaque année.

Le but : recenser le nombre de couples nicheurs par espèce et par indice de reproduction.

En Vienne, 5 carrés sont tirés aléatoirement chaque année. En 2022, plus d'une vingtaine de bénévoles ont répondu présent pour suivre l'ensemble des carrés.

Les deux premières News Letter de l'Observatoire rapaces sont à retourver en cliquant sur les numéros : N°1 et N°2
 

Bonnes prospections à toutes et à tous et pensez à transmettre vos observations sur ce site internet ou avec l'application NaturaList.

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
 
lundi 7 mars 2022
Wetlands 2022 - Bilan d'une année blanche

Comme chaque année, le comptage des oiseaux d’eau Wetlands international s’est déroulé à la mi-janvier.


Les conditions météorologiques du week-end du 15 et 16 janvier ont cependant été exceptionnellement rudes avec des températures négatives, la majorité des plans d’eau gelés et une brume épaisse ne permettant pas une visibilité au delà des 100 mètres (voire moins).

Vous trouverez le bilan de cette année particulière ICI

Merci à tous les observateurs d'avoir bravé le froid et le brouillard pour tenter de suivre les populations d'oiseaux d'eau.

Bonnes prospections à toutes et à tous et pensez à transmettre vos observations sur ce site internet ou avec l'application NaturaList

posté par Julien Curassier (lpo Poitou-Charentes)
page :
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 347

Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Vienne - 25 rue Victor Grignard - 86000 Poitiers - 05 49 88 55 22 - vienne@lpo.fr Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2022