vienne.lpo.fr
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
Centenaire LPO
La LPO ?
Rejoignez la LPO !
Actualités
Activités
 - 
Les rencontres mensuelles
  Les enquêtes
    - 
Hirondelles du Poitou
    - 
Atlas des oiseaux nicheurs
    - 
Atlas des oiseaux en hiver
    - 
« Devine qui vient à la mangeoire ? »
    - 
Les fauvettes pitchou du Pinail
    - 
STOC EPS
    - 
Wetlands international
    - 
Vanneaux huppés et pluviers dorés
    - 
La migration des grues cendrées
    - 
Guêpiers d'Europe
    - 
Les outardes canepetières
    - 
Rassemblements d'outardes et œdicnèmes
    - 
L'observatoire Rapaces
 - 
Sorties et week-ends
 - 
Les manifestations
  Animation jeunesse
 - 
Les bénévoles
 - 
Les correspondants locaux
 - 
La bibliothèque
  Les publications
Espèces et milieux
Protection
Liens
Sur votre agenda
Les observations
Consultez
Cartes de synthèse
Aide et statistiques

La migration des grues cendrées

 

Depuis de nombreuses années, la LPO Vienne participe à l'étude de la migration des grues cendrées. Elle apporte sa contribution au Réseau Grues France, lui-même en relation avec les ornithologues de tous les pays concernés par cette migration (en particulier l'Allemagne).

Ces oiseaux magnifiques, sonores, mais farouches, passent l'hiver en Espagne et nichent en Scandinavie, ce qui fait deux occasions par an de les voir passer dans notre région, en général en novembre et février.

 
 

 

Quelques chiffres pour la Vienne :

  

Année

Printemps

Automne

2000 4 942, avec un pic de passage autour du 27 février. 6 000, avec un pic le 21 décembre par climat doux.
Des stationnements sont signalés à l'étang de la Pétolée.
2001 9 000, avec un pic le 26 février. Seulement 300 (migration décalée), avec hivernage sur Montmorilllon.
2002 10 175, dont 4 748 pour les seuls 25, 26 et 27 février. 6 968, avec un passage important du 22 au 25 novembre, puis le 6 décembre.
2003 Plus de 25 000, dont 13 000 le seul 21 février. 933 seulement, mais avec stationnements prolongés, peut-être hivernage.
2004 Plus de 12 000, dont 7 000 du 22 au 28 février. Plus de 6 000, avec des flux importants les 27-28  octobre et du 31 octobre au 4 novembre (3 073).
2005 1 532, avec un maximum fin février. Les passages ont eu lieu plus à l'est (Cher, Nièvre). 2 315 dont environ 700 dans la seule journée du 9 novembre.
2006 5 000 en février-mars, avec un gros passage (au moins
2 000) assez tardif, le 14 mars.
Vols épars du début octobre à mi-décembre. Un total de 2 330 grues, avec un passage d'au moins 1 000 le 9 novembre.
2007 Du début février au 3 mars : 7 900, le 4 mars : 17 000, jusqu'au 20 avril : 2 800, soit un total d'environ 27 700 oiseaux. Année exceptionnelle ! Petit effectif, un millier de grues seulement, principalement mi-octobre et 10-11 novembre. De nombreux passages de nuit, non comptabilisés, le 21/10.
2008 Nombreuses observations de Poitiers à Availles-Limouzine, quelques passages dans le Châtelleraudais.  Quelques individus ont été vus dès le 1er février, les effectifs sont allés croissants (un millier les deux premières semaines), des milliers d'oiseaux le 24, partout. Record à Mauprévoir avec 5 900 grues en 32 vols, en moins d¹une heure. Les grues les plus précoces passent dès le 6/09, mais c’est en novembre que les choses sérieuses commencent : 469 le 2, 1 900 le 3, 380 le 4. Puis 900 à la mi-novembre, 800 en fin de mois. Prés de 900 encore, éparpillées sur décembre : plus de 5 500 grues sont passées chez nous, au sud de la ligne Lusignan-Châtellerault, vers des cieux plus cléments…
2009 Quelques vols précurseurs en janvier, 670 grues début février, 500 du 12 au 15, puis c’est la ruée : 2 625 le 21, 1 600 le 22, autant le 25, 15 200 le 28 ! Encore quelques centaines en décroissant jusqu’à début mai : 23 400 grues nous ont survolé pour aller compter fleurette dans le Grand Nord. Un vol précoce le 15 août, quelques dizaines de grues en octobre, environ 600 en novembre, c’est en décembre cette année que le (modeste) flot est passé : 605 la première décade, 1 805 le 10, seulement 54 le 11, 257 le 12, encore 545 jusqu’au 31. Soit près de 4 000 grues, comme d’habitude dans les deux-tiers SE du département.
2010 Dès janvier, quelques centaines de grues avec un maximum le 12.
Encore quelques centaines réparties sur février, habituellement plus chargé : est-ce le froid qui les retarde ?
Quelques centaines encore en tout début mars, mais le 3 c’est la folie : des centaines, des milliers en quelques heures ! Même s’il est difficile d’évaluer les doublons, une soixantaine d’observations pour ce seul jour (34 900 grues cumulées !) prouvent que les grues et les ornithos étaient bien nombreux sur le terrain. Avantage du Réseau-Grues : ces grues sont une partie des 50 000 observées venant d’Espagne le 2, des milliers sur le Bordelais le 3…
Est-ce fini ? Non : après quelques jours plus calmes, 2 000 grues environ le 16 !
Quelques centaines pour finir la migration, jusqu’en mai, avec quelques immatures en reconnaissance.
Première observation dès le 30 septembre.
Puis de nombreux petits vols du 1er octobre au 16 novembre.
Les choses sérieuses commencent le 17 et le 18/11 avec 3 800 grues (dont 1 310 à Saulgé). Le gros de la troupe passe dans la dernière décade de novembre avec un pic le 23  (dont 4 000 à Adriers !)
Encore quelques passages notables les 11 et 12 décembre, et quelques retardataires jusqu’à Noël.
En tout, ce sont environ 18 000 grues qui ont traversé notre département vers le Sud dans cette migration post-nuptiale.
2011 Environ 15 000 grues en données cumulées, grosse affluence dans la 2e décade de février (dont 2 300 pour le seul 26/02), et la 1e décade de mars, le reste est réparti sur les semaines d’avant (<3 000) ou d’après, jusqu’à fin avril (4 000). Fin octobre, environ 600 grues avaient traversé notre département.
Le flot commence en novembre, comme tous les ans : 7 251 pour la première décade, dont 4 923 pour le seul 6/11.
Déjà fini ? Non, 6 726 pour la 2e décade. Encore 810 pour finir novembre.
Puis 537 en décembre et encore 290 en janvier 2012.
Soit plus de 16 000 grues (en données cumulées), toutes dans les 2/3 sud-est, vers le Limousin.
2012

Le passage prénuptial 2012 totalise environ 30 000 grues en 188 observations, étalées de fin janvier à la mi-mars.

Des petits arrivages jusqu’à mi-février. Puis environ 2 000 grues en vols divers le 18/02. Une petite accalmie (quelques centaines) jusqu’au 23/02, puis le flot augmente de jour en jour du 24 au 29 (environ 6 000 le 29 dont 2 800 à Sillars).

Encore 8 000 environ pour la première décade de mars, puis 2 500 pour la deuxième décade.

Le passage postnuptial 2012 totalise environ 6 000 grues en 134 observations, étalées de fin septembre à fin janvier 2013. Assez diffuse migration automnale, comme d’habitude principalement dans le tiers sud-est du département.

Des petits arrivages jusqu’à fin octobre, puis 1 250 en novembre.

Peu de passages début décembre, puis une modeste troupe automnale (686 individus) est signalée le 12/12/12. Encore un millier jusqu’à fin décembre.

Quelques passages début janvier 2013, puis le reste du mois sont signalés de nombreux petits groupes, descendants, stationnaires, et quelques remontants, en tout environ 2 000 individus.

2013

Janvier commence en douceur avec 460 grues dans la 1e décade, 400 dans la 2e, 2 050 la 3e, puis 1 250 la 1e décade de février, 1 627 entre le 11 et le 15/02.

Mais le flot arrive le 16/02 avec 13 400 grues puis 36 650 le 17 ! Mais encore 11 850 le 18, 2 900 le 19, 1 400 le 20.

C’est fini ? Non, il en arrive 20 900 pendant la 3e décade de février !

Bon, ça se calme le 1er mars : 2 700 seulement, puis 6 800 le 3, mais 25 700 le 4 !

Encore 3 700 le 7 mars, 250 seulement jusqu’à la mi-avril…

Cela fait un total d’environ 133 900 grues pendant ces trois mois et demi, c’est le record en Vienne, même si quelques doublons de comptage sont inévitables.

Premières obs en octobre (env 1 100), le flot arrivant comme d’habitude en novembre : 16 000 le 13 (dont 7 000 à Brigueil !), 2 700 le 15, encore 1 500 jusqu’à la fin du mois. L’arrière-garde en décembre (135) clôt une saison marquée par la pluie et la température plutôt douce.

Environ 22 200 grues sont donc passées chez nous, en route vers leurs quartiers d’hiver, mais pour beaucoup un simple hivernage dans le Sud-Ouest (réserve d’Arjujanx), voire en Champagne (lac du Der) : aucune vague de froid ne les a poussées vers le Sud…

2014 Record de 2013 approché : 103 000 grues ont survolé la Vienne !

Comme souvent elles attaquent en février : 2 000 la première quinzaine, 6 727 le 17/02, 1 130 les jours suivants puis 15 000 le seul 23/02, 54 600 le 24 !

Puis 500 les jours suivants, près de 9 000 le 8 mars, et encore 9 000 le 9...
 
 

 

Malgré la vigilance des observateurs, tous les passages ne peuvent être dénombrés, en particulier à cause des passages de nuit. De plus certains doublons ne peuvent être repérés.

Plusieurs tendances se dégagent : le passage prénuptial est toujours important, avec un pic assez régulier fin février. Par contre, les « descentes » postnuptiales sont plus fantaisistes, principalement en fonction de la météo d'Europe du Nord, où un bon coup de froid suffit à pousser rapidement des hordes de grues vers le sud. Des stationnements prolongés en décembre-janvier sont signalés dans le Montmorillonnais depuis quelques hivers, allant jusqu'à l'hivernage : est-ce un avant-goût du réchauffement climatique qui nous menace ?

 
 

En période favorable, suivez la migration des grues cendrées au jour le jour et transmettez vos observations à la LPO Vienne !

Participez vous aussi au voyage en jouant avec Grupette.

 


Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Vienne - 389 avenue de Nantes - 86000 Poitiers - 05 49 88 55 22 - vienne@lpo.fr Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2014