vienne.lpo.fr
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
La LPO ?
Rejoignez la LPO !
Agir à nos côtés
Actualités
Activités
Espèces et milieux
  Milieux et sites caractéristiques
    - 
Brandes du Poitou
    - 
Le Pinail
    - 
La forêt de Moulière
    - 
Les plaines cultivées
    - 
La réserve ornithologique de Saint-Cyr
    - 
Les étangs du sud de la Vienne
    - 
L'étang de l'Ecotière
    - 
La forêt de Vouillé
 - 
Balades ornithologiques en Vienne
  Oiseaux remarquables de la Vienne
Protection
Publications et médias
Liens
Sur votre agenda
Les observations
 
Code de déontologie
Consultez
Cartes de synthèse
Aide et statistiques

La forêt de Moulière

 

D'une superficie de 6 800 hectares, la forêt de Moulière est l'une des plus vastes entités naturelles de la Vienne. Située au nord-est de Poitiers, elle s'étend sur neuf communes : Dissay, Saint-Cyr, Vouneuil-sur-Vienne, Bonneuil-Matours, La Chapelle-Moulière, Liniers, Bignoux, Montamisé et Saint-Georges-les-Bailllargeaux.
   

De meulière en Moulière

Le nom de Moulière provient des pierres meulières extraites de son sol argileux depuis des temps immémoriaux. Cette exploitation, centrée sur la partie nord du Pinail, s'est éteinte au XIX e siècle avec l'apparition de la meunerie industrielle.
Le plateau sur lequel se situe la forêt est sillonné par un réseau de vallées (vallées des Meurs, du Charassé), auxquelles s'ajoutent des gouffres (gouffres du Grand Soubis, du Tombereau, de Mauvais Vent, de la Fosse au Loup, etc), fontaines (fontaine de Bourre, fontaine à Audinet, etc) et mares, témoins de la circulation d'eaux souterraines. Ces vallées sont sèches la majeure partie de l'année, mais en période hivernale on peut voir apparaître de véritables inondations, les gouffres ne suffisant alors pas à absorber les excédents.
L'exploitation de la forêt, tant dans sa partie domaniale que dans les parties privées, a joué un rôle essentiel dans son aspect actuel. En effet chênes et résineux sont actuellement majoritaires, alors qu'à l'état naturel la forêt était composée de feuillus, avec prédominance du chêne rouvre (ou chêne sessile).
C'est au 19 ème siècle que l'aménagement de la forêt a commencé, avec l'introduction de résineux : pins sylvestres puis pins maritimes en 1960.

   

Une flore très diversifiée

La flore, extrêmement variée, est caractéristique des sols acides et pauvres. Elle comporte les espèces sylvestres habituelles, mais aussi des raretés.
C'est ainsi que sous la hêtraie du Bignolas, on peut voir l'androsème, grand millepertuis aux fruits rouges ; l'orge des bois aux gracieux épis ; l'épipactis à petites feuilles, orchidée discrète ; la néottie nid-d'oiseau, plante parasite.
Dans les sous-bois, au printemps, on peut rencontrer plusieurs espèces d'orchidées : l'orchis singe aux fleurs roses, la céphalenthère à longues feuilles, l'épipactis à petites feuilles et l'épipactis à larges feuilles, qui toutes trois portent des fleurs blanches.
A l'automne, mais aussi aux autres saisons, on peut trouver nombre de champignons comestibles ou non : lactaire délicieux, amanite tue-mouches, trompette de la mort, pied de mouton...
 

Une vie animale bien présente

 

Cerfs, chevreuils et sangliers, mais aussi renards, martres et blaireaux peuvent être rencontrés. Parmi les petits mammifères, il faut noter la présence de 13 espèces de chauves-souris.

Quant aux oiseaux, ils trouvent là des habitats diversifiés : 86 espèces sont représentées.
Parmi les rapaces : le circaète Jean-le-Blanc, la bondrée apivore, l'épervier d'Europe, l'autour des palombes, le faucon hobereau. Ce dernier chasse les lucanes (ou cerfs-volants) qu'il « décortique » pour en consommer la chair. On trouve souvent sur le sol les restes chitineux de ces gros insectes.
Le hibou moyen-duc hiverne en groupes parfois importants dans les résineux.
La famille des pics est très présente : du plus petit, le pic épeichette, au plus puissant, le pic noir, en passant par le pic mar dont la population est estimée à une cinquantaine de couples.
Parmi les nombreux passereaux on peut noter : le rougequeue à front blanc, le pouillot fitis, les mésanges noire et huppée, les roitelets huppé et triple-bandeau, le gobemouche gris, l'engoulevent d'Europe qui s'observe facilement les soirs d'été. 
 

 

En toute saison, et dans toutes ses parties, la forêt réserve de belles observations à ceux qui prennent le temps de s'y promener.

Le livre « Moulière, la forêt des pierres », écrit par Michel Granger, président de la LPO Vienne, présente l'histoire humaine de ce site ainsi que ses richesses naturelles.

Eurosite, le plus grand réseau d'organismes qui se consacrent à la gestion de la nature en Europe, présente les actions de préservation conduites dans le cadre du site Moulière-Pinail. Pour les consulter :
http://www.natura.org/DOC/fr_mouliere_key_management_fr.pdf  et http://www.natura.org/DOC/fr_mouliere_partners_fr.pdf

 

 


Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Vienne - 389 avenue de Nantes - 86000 Poitiers - 05 49 88 55 22 - vienne@lpo.fr Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017