vienne.lpo.fr
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
La LPO ?
Rejoignez la LPO !
Agir à nos côtés
Actualités
Activités
Espèces et milieux
  Milieux et sites caractéristiques
    - 
Brandes du Poitou
    - 
Le Pinail
    - 
La forêt de Moulière
    - 
Les plaines cultivées
    - 
La réserve ornithologique de Saint-Cyr
    - 
Les étangs du sud de la Vienne
    - 
L'étang de l'Ecotière
    - 
La forêt de Vouillé
 - 
Balades ornithologiques en Vienne
  Oiseaux remarquables de la Vienne
Protection
Publications et médias
Liens
Sur votre agenda
Les observations
 
Code de déontologie
Consulter
Cartes de synthèse
Aide et statistiques

La forêt de Vouillé

 

Ce massif situé à l'ouest du département de la Vienne, d'une superficie de 1539 ha, s'étend sur 5 communes : Vouneuil-sous-Biard, Béruges, Montreuil-Bonnin, Quinçay et Vouillé. Reposant sur un plateau d'une altitude moyenne de 143 m, entre la vallée de l'Auxance au nord et la vallée de la Boivre au sud, il est inscrit à l'inventaire ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique) de type II, dans sa globalité, et de type I pour trois petits espaces.

Le nom usuel de forêt de Vouillé Saint-Hilaire rappelle son ancienne appartenance aux monastères de Poitiers. Incorporée aux Domaines de l'Etat à la révolution (loi du 2 Novembre 1789), elle est formée de deux massifs : celui de Vouillé, qui appartenait à l'église collégiale de Sainte Radegonde et celui de Saint-Hilaire le Grand de Poitiers. Son passé historique est lié à la célèbre bataille qui eut lieu dans le canton, conclue par la victoire de Clovis sur les Wisigoths en 507.

Le massif forestier s'est développé sur des terres de brande, acides et imperméables où poussaient naturellement genêts, ajoncs et bruyères. Aujourd'hui, la forêt offre des espèces variées, principalement des feuillus (65%) et quelques résineux (35%).

 

 

Le chêne occupe une place importante dans la forêt : les chênes pédonculés et sessiles qui supportent mal la sécheresse apprécient le climat atlantique frais et humide qui y règne. Ils recherchent des sols sains et filtrants, légèrement acides. Si l'un comme l'autre sont des arbres de lumière, le chêne pédonculé l'est encore plus. C'est presque toujours lui qui trône au milieu des prairies, procurant son ombre fraîche au bétail. Pour sa part, le chêne sessile compose le plus souvent les grandes futaies de la forêt.

Au début du printemps, les branches des arbres encore dégarnies laissent passer de menus rayons que captent les plantes précoces, dites vernales, dont la jacinthe des bois et l'anémone sylvie qui tapissent la forêt de bleu et blanc.

La flore, très diversifiée, comporte les espèces des sous-bois habituelles mais l'intérêt biologique du site réside dans la présence de l'une des deux seules stations d'œillet superbe de Poitou-Charentes. Plusieurs autres plantes rares au niveau régional se trouvent aussi dans la forêt : la vesce de cassubie, le Peucedan de France ainsi que le framboisier sauvage à affinités montagnardes qui n'existe nulle part ailleurs dans le département.

L'automne voit prospérer les champignons, au grand bonheur des cueilleurs et des gastronomes.

 

 

Sur le plan faunistique, les invertébrés sont les mieux représentés. Parmi eux le lucane cerf-volant, le plus gros coléoptère d'Europe, pouvant dépasser 8 cm de long, dont les adultes volent au crépuscule en juin et juillet. Ses larves se développent dans les parties souterraines mortes de diverses essences.
 

La forêt de Vouillé accueille aussi de nombreux oiseaux : la sitelle torchepot se loge dans les vieux chênes creux, les chouettes effraies et chevêches fréquentent les lisières et les prairies alentours. Pic épeiche et Pic Mar creusent leur loge dans le bois dur et se nourrissent d'insectes xylophages. L'engoulevent, oiseau discret et mystérieux, se laisse apercevoir au crépuscule lors de la période nuptiale en avril-mai. Nombre de rapaces comme le circaète Jean-le-blanc, l'épervier d'Europe ou l'autour des palombes dépendent de la forêt pour leur site de nidification, ainsi que pour le formidable territoire de chasse qu'elle leur offre. 

 

De nombreux mammifères fréquentent les lieux : le chevreuil, très présent sur le massif, le sanglier et quelques cerfs. D'autres hôtes plus discrets tels le blaireau, le renard ou la martre se laisseront apercevoir au détour d'un chemin.

L'émergence crépusculaire de myriades d'insectes procure aux chauves-souris un véritable festin. Les amphibiens telles la salamandre tachetée ou la grenouille agile n'hésitent pas à traverser les routes forestières pour rejoindre leurs sites de reproduction.

Quelle que soit la saison, une promenade dans la forêt vous offrira des plaisirs multiples.

 


Ligue pour la Protection des Oiseaux de la Vienne - 389 avenue de Nantes - 86000 Poitiers - 05 49 88 55 22 - vienne@lpo.fr Plan d’accès
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017